IMG_9693.jpg

ØRIGINE

Création octobre 2018

LA BALSAMINE - Bruxelles

ØRIGINE est une création conçue pour trois acteurs : une femme qui veut être sûre d’être bien comprise, un homme qui veut être sûr de bien comprendre et un ours ichthyophobe.

 

L’action se situe dans un futur proche où les protagonistes sont invités à des pique-niques insolites pour tenter de « bouleverser » leurs habitudes. Ici, ils se retrouvent sur une banquise en plastique avec un ours en peluche digne de certaines publicités. Tout est pensé et maximisé pour le divertissement et le lâcher-prise. On devine une relation ambiguë entre l’homme et la femme, qui chacun se laisse bercer dans cette « aventure » sans trop d’enthousiasme, sur une banquise qui semble, par moment, prendre vie.



Conception Silvio Palomo

Scénographie Itzel Palomo

Création lumière Léonard Cornevin

Régie générale Quentin Pechon

Aide à la construction Gaël Renard

avec
Aurélien Dubreuil-Lachaud, Manon Joannotéguy, Léonard Cornevin et Nicole Stankiewicz, Antonin Jenny, Jean-Baptiste Polge et Ophélie Honoré.

Production Théâtre La Balsamine

Coproduction La Coop asbl.

Avec les soutiens de la Fédération Wallonie-Bruxelles - Aide aux projets théâtraux, de Shelterprod, de taxshelter.be, d'ING et du Tax-shelter du gouvernement fédéral belge

origine1.jpg
origine 2.jpg

1 / La banquise: un microcosme 

L'envie de départ de Silvio était de mettre en scène ses trois personnages principaux dans  un microcosme. Le microcosme étant une image condensée, abrégée du monde. Pour cela il avait en  tête de recréer une banquise et m'a demandé rapidement de la penser habitable et fonctionnelle tel un camping-car. 

Ainsi cette banquise, élément central de la scénographie, est conçue comme un espace habitable dont les moindres recoins sont optimisés. Cet espace se déploie et se transforme pour laisser apparaitre de nombreux gadgets, ainsi que toute une série d'objets fonctionnels. 

Afin de renforcer  l'idée de microcosme, la banquise est de taille moyenne ( 6 mètres par 7 ) , une véritable île posée au centre de la grande scène. Une scène sur scène. 

structure2.jpg
IMG_9743.jpg

2/ un univers bande dessinée

Comme souvent dans les projets de Silvio, si le jeu des comédiens est inspiré du réel, la scénographie est, quant à elle, très inspirée par ses rêves. Lorsqu'il me partage son envie de départ, il à une image très nette de ce qu'il veut que je l'aide à matérialiser sur scène. L'enjeu pour moi était de penser et créer avec lui un langage plastique, pour arriver par la scénographie à créer des images nettes, dénuées de tout détail comme elles peuvent l'être dans les rêves et les souvenirs quand ils se  débarrassent du superflu.

L'univers scénographique  est un microcosme onirique qui s’inspire de la bande dessinée. Il est un fond épuré, sur lequel se détachent  des personnages colorés, aux  silhouettes très marquées qui sont de véritables mascottes et figures de l'imaginaire collectif.

IMG_9754.jpg
IMG_9718.jpg

3/  une scénographie partenaire de jeu

Le premier effet magique , ou "spectaculaire" de la scénographie, est le fait que la banquise , semble flotter sur scène. Le chalenge était pour moi de créer un plateau autoporté sur ressorts , qui pourrait se balancer, vibrer, tanguer, pour créer l'illusion d'une banquise qui flotte et créer par la même occasion un objet qui semblerait par moments prendre vie. Il en à résulté un objet praticable, très sensible au mouvement qui se meut dès qu'il est au contact des comédiens.

A la fois elle prend vie, se transforme, se déploie grâce à l'intervention des comédiens. A la fois elle offre des contraintes, des parcours, des espaces fonctionnels et des objets à manipuler qui mettent les comédiens en mouvement et qui sont de véritables appuis pour leur jeu. 

Son évolution et déploiement font de cette scénographie un acteur important quand à  la dramaturgie de la pièce. 

IMG_9676.jpg
IMG_9702.jpg
IMG_9756.jpg
originecartevisite.jpg

4/  Une boite surprise.
     Astuces techniques.

La banquise  est comme une boite surprise qui se déploie dans l'espace au fur et à mesure de l'avancé du récit. Sous cette carrosserie blanche qui semble flotter d'un bloc, se cache toute une machinerie théâtrale qui est activée parfois  à distance depuis la régie, mais la plupart du temps par les comédiens eux mêmes.

Ainsi il en sort un boudin gonflable interminable, tel une fuite d'eau 

qui envahit la scène. Une catapulte crève la glace en projetant un ballon à travers le polystyrène .Une trappe s'ouvre sous les pieds d'un comédien.  Par un trou dans la glace un canon envoie des confettis.

Des trappes font apparaitre un piano pliable et une enceinte pour un concert sur glace. Une porte s'ouvre sur la surface de la glace laissant apparaitre un cercueil intégré dans lequel peut s'allonger un personnage. Un morceau de la banquise motorisé sur roulettes  se détache pour dériver à cour de la scène. Et un igloo en mousse matelas sorti de dessous la banquise est déployé comme un nouvel espace, à jardin de la scène.

Petit à petit la scénographie au départ centrée sur la banquise vient envahir toute la scène pour se transformer en paysage.

Enfin pour le tableau final, la banquise se met à fumer et à cracher des bulles de savon en vibrant chaotiquement grâce à un moteur désaxé caché sous la structure. 

giphy.gif

pour en savoir plus sur le spectacle et le travail de mise en scène de Silvio Palomo: